Paris / New York / Palm Beach
Paris / New York / Palm Beach

Lawrence Schiller (1936)

 

BIOGRAPHIE : 

 

Né en 1936 à Brooklyn, Lawrence Schiller est diplômé de la Jolla High School en 1953. Dans les années 1960, il commence sa carrière comme journaliste-photographe pour de grands titres de presse comme le Time, The Saturday Evening Post ou encore Newsweek.

 

Schiller fait partie de la génération des photographes pris dans l’engouement des "sixties", une période de rayonnement économique et culturel aux Etats-Unis, associée à des tensions politiques et sociales qui marqueront le cours de l’Histoire. Le photographe a ainsi immortalisé une quantité de moments clés comme la défaite de Nixon contre Kennedy aux élections de 1960, les dégâts causés par le tremblement de terre en Alaska en 1964 ou encore la victoire de Mohammed Ali contre Floyd Patterson en 1965.

 

L’un des talents de l’artiste, réside dans sa capacité à être présent au bon endroit et au bon moment : " Je travaillais principalement pour mon intérêt personnel, je suivais mon instinct, mon intuition. Les années 1960 constituaient une période où tout arrivait très vite, sans prévenir et sans raison particulière. Il fallait être réactif. A la fin de la décennie, j’avais couvert tellement d’évènements, fait la couverture d’une telle quantité de magazines, que j’ai réalisé que je faisais moi aussi partie de l’Histoire et qu’il était temps d’avoir un œil sur le futur1. "

 

Le futur lui a donné raison et sera tout aussi riche puisqu’il publiera par la suite onze ouvrages dont cinq en collaboration avec l’écrivain Norman Mailer. Il produira et dirigera également sept téléfilms – dont Peter the Great ou The American Tragedy - sur la chaîne américaine CBS. Ses films remporteront six Emmys et un Academy Award. En 2007, il débute son exposition « Marilyn Monroe et l’Amérique des années 1960 » à New York. Son travail rencontre un succès considérable et sera exposé partout dans le monde (Pékin, Hong Kong, Sofia, Berlin, Miami, Londres et Paris).

 

Marilyn

 

En 1962, le magazine français Paris Match2 sollicite le photographe Lawrence Schiller pour se rendre sur le tournage de Something’s Got to Give, afin d’immortaliser l’actrice la plus populaire d’Hollywood, Marilyn Monroe.

 

Débuté en 1962 par le réalisateur Georges Cukor, le film appartient aujourd’hui aux œuvres cinématographiques les plus célèbres de l’Histoire du cinéma. Il relate l’histoire d’une femme mystérieusement disparue, supposée morte, qui refait apparition dans son ancienne maison pour retrouver son mari remarié. En raison des problèmes liés aux absences répétées de Marilyn sur le tournage - mais surtout à la disparition tragique de cette dernière le 5 août 1962 - le film restera à jamais inachevé.

 

Lorsqu’il arrive sur le tournage, Schiller découvre une Marilyn au sommet de sa carrière. Avec vingt-neuf films à son actif et trois Golden Globes, l’actrice est désormais ancrée dans tous les esprits américains. " Marilyn était devenue l’incarnation de la relation amoureuse de chaque homme avec l’Amérique. Elle était blonde, belle, dotée d’une charmante petite voix et d’une pureté à l’image des valeurs de notre pays. Elle était notre ange, son envoutement sexuel résonnait en elle comme le grain clair d’un violon… 3  ".

 

Pour une scène de Something’s Got to Give, la Star devait être filmée nageant nue (en maillot de bain couleur chair) dans une piscine. Marilyn se jette à l’eau. Aucun n’était préparé à la voir ressortir du bassin au naturel…

 

Schiller déclarera plus tard : " Marilyn se sentait en insécurité et avait souvent le trac devant la caméra. En revanche elle prenait un certain plaisir à se libérer entièrement devant l’appareil photo. Elle se donnait complètement quand elle posait, elle savait exactement quelle position adopter, comment regarder l’objectif, comment sourire… C’est là que résidait tout son talent4 "

 

A cet instant précis, Schiller ne se doutait pas qu’il immortaliserait parmi les derniers instants de Marilyn Monroe.

 

Dans cette série du photographe, l’actrice apparaît au naturel, spontanée, son expression exprime la délivrance mêlée à une certaine joie de vivre. Désirable, elle assume complètement sa nudité et son sex-appeal à l’image de la libération sexuelle des années 1960.

 

" En grandissant, j’ai compris que j’étais différente des autres filles parce que je n’avais connu ni baisers, ni promesses au cours de ma vie. Souvent, je me sentais seule et je voulais mourir. " Marilyn Monroe, My Story

 

1 Extrait interview Lawrence Schiller, www.marilyn12.com, 2008

2 Les photos paraîtront finalement dans le magazine américain Life

3 Extrait interview de l’écrivain Norman Mailer, www.marilyn12.com, 2008

4 Extrait interview Lawrence Schiller, www.marilyn12.com 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Galerie Taglialatella